Aspect Biblique

FAUT-IL DONNER LA DÎME AUJOURD’HUI ?
LA RÉPONSE EST : « OUI »

Toute loi qui n’a pas été clairement abrogée dans le NT (généralement remplacée par une loi plus exigeante moralement !) est supposée perpétuelle, et doit donc faire l’objet de notre obéissance… POUR NOTRE BIEN !

LA DÎME
– UN ACTE DE FOI
– UN ACTE DE RECONNAISSANCE DE CE QUE DIEU NOUS DONNE
– UN ACTE D’OBÉISSANCE
– UN ACTE D’AMOUR
– ET LES PREMIERS CHRÉTIENS, QUE FAISAIENT -ILS ?
– DIEU A PARLÉ, ET IL N’A QU’UNE PAROLE …
– ILS SE METTENT, EUX-MÊMES, SOUS LA MALÉDICTION !

Ce n’est pas pour rien que Satan fait croire aux chrétiens qu’elle a été abolie dans le Nouveau Testament: des enjeux extraordinaires sont attachés à la fidélité dans le don de sa dîme, loi perpétuelle, que Dieu a commencé à instaurer, non par Moïse, mais via Abraham, le père de la foi, donc le père du salut par la grâce… et non par la loi !

La dîme apparaît instaurée par Dieu pour être :

UN ACTE DE FOI

Le premier à la donner, c’est Abraham, alors qu’il vient de remporter une grande victoire sur « les rois ». Il va donner la dîme du butin, et pas seulement du butin: la dîme de tout (donc de toute sa fortune). À qui ? Pas à n’importe qui ! À Melchisédech, théophanie* de Jésus.

* (manifestation de Dieu, au cours de laquelle a normalement lieu la révélation d’un message divin aux hommes ou simplement un avertissement)

Hébreux 7 :1-8

C’est donc à Melchisédech (qui n’a pourtant besoin de rien, puisqu’il est « le roi de Paix, le roi de justice ») qu’Abraham donne la dîme. Il est clair que face à ce Roi, Abraham a la révélation de Jésus-Christ. Il sait qu’il est face au Dieu vivant qui se présente à lui sous forme d’un homme, d’un « sacrificateur à perpétuité », mais aussi d’un « roi de paix ».
L’acte spontané d’Abraham est agréé par le futur Jésus qui, deux millénaires plus tard, va se rendre « semblable au fils de Dieu », et c’est ce « sacrificateur perpétuel  » qui « lève la dîme » Cela devrait faire réfléchir ceux qui disent que, depuis Jésus, on n’a plus à payer la dîme ! Ouah ! du temps d’Abraham, c’est pourtant Lui qui la lève et la reçoit, pour BÉNIR Abraham ensuite !

UN ACTE DE RECONNAISSANCE DE CE QUE DIEU NOUS DONNE

Jacob, en rêve, va voir le déploiement de l’activité de Dieu sur terre en faveur des hommes, via les anges. Il voit ceux-ci monter et descendre d’une échelle « qui touche le ciel » (Gen 28:12). Et Dieu se révèle à lui, comme Il l’avait fait avec Abraham quand Il a pourvu d’un bélier en remplacement du sacrifice d’Isaac

28:13 Et voici, l’Éternel se tenait au-dessus d’elle ; et il dit : Je suis l’Éternel, le Dieu d’Abraham, ton père, et le Dieu d’Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je la donnerai à toi et à ta postérité.

Oui, Jacob comprend que tout ce qu’il peut posséder ou recevoir lui vient de Dieu, et il s’écrie:

je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras. (28:22)

Remarquons qu’à ce moment-là, la dîme ne relève pas d’une « loi mosaïque », mais d’un vœu, suite à la révélation: « Certainement, l’Éternel est en ce lieu, et moi, je ne le savais pas ! »

DONNER SA DÎME, C’EST DÉCLARER LA GUERRE À SATAN QUI A DIT À JÉSUS:

« Luc 4:6 et lui dit : Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux.« .

Oui, l’homme a donné à Satan tout ce que Dieu lui avait donné et est devenu son esclave. Mais quand on donne sa dîme à Dieu, on démontre par un acte concret que l’on a changé de royaume et que désormais on ne dépend que de Dieu, pas de ce que Satan pourrait ou non nous accorder « si on se prosterne devant lui ».

ça fait mal, de donner sa dîme ? Cela nous arrache-t-il le cœur ? C’est pourtant un acte de libération de l’emprise de Satan sur nos finances ! Et quand Dieu, comme promis, « ouvre les écluses du ciel … »

Oui, c’est un geste par lequel l’homme rappelle à Satan qu’il a choisi de dépendre de Dieu seul, et qu’il ne dépend pas des richesses que Satan peut proposer (Mt 4:9 – Luc 4 – 1Jn 5:19) : bref, on démontre par un acte concret qu’on a choisi son camp en donnant sa dîme À DIEU !

UN ACTE D’OBÉISSANCE

Moïse va en faire une loi perpétuelle, une loi dictée par Dieu:

Lévitique 27:30 Toute dîme de la terre, soit des récoltes de la terre, soit du fruit des arbres, appartient à l’Éternel ; c’est une chose consacrée à l’Éternel.

Lévitique 27:32 Toute dîme de gros et de menu bétail, de tout ce qui passe sous la houlette, sera une dîme consacrée à l’Éternel.

Et s’ils ne pouvaient pas transporter ces marchandises:

Deut 14:25 Alors, tu échangeras ta dîme contre de l’argent, tu serreras cet argent dans ta main, et tu iras au lieu que l’Éternel, ton Dieu, aura choisi.

Ce n’est pas une contrainte ! Toutes les lois données par Moïse, promulguées par Dieu, sont assorties de: « Si tu obéis à l’Éternel ton Dieu, pour mettre en pratique les lois et ordonnances que je te donne aujourd’hui… tu seras béni ». Suivent, dans le Deutéronome 28, les formidables promesses que Dieu réserve à ceux qui lui obéissent. Dieu n’a qu’une parole …

 

C’EST AVANT TOUT UN ACTE QUI DOIT ÊTRE FAIT PAR AMOUR

C’est cela, la révélation de ce que doit être la dîme pour un chrétien. Jésus avait déjà dit aux pharisiens:

Mat 23 23:23 Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous payez la dîme de la menthe, de l’aneth et du cumin, et que vous laissez ce qui est plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité : __c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses.__ »

VOICI CE QU’IL FALLAIT PRATIQUER !

Voici donc ce que dit Jésus: VOICI CE QU’IL FALLAIT PRATIQUER (la loi et la dîme !). A-t-il dit qu’il fallait abolir la loi et la dîme, pour ne pratiquer QUE la justice, la fidélité et la miséricorde ? Ou que c’était réservé aux seuls pharisiens et que cela serait bientôt obsolète ?

Mais au fait, qu’est-ce que la justice, sinon l’observance de la loi ? Qu’est-ce que la miséricorde si on ne donne rien ? Qu’est-ce que la fidélité si on n’obéit pas à ce que Dieu nous demande, avec persévérance ? Jésus a dit: « Celui qui m’aime obéit à mes commandements« . Oui, tout cela, on le fait PAR AMOUR POUR DIEU, non par devoir religieux. Oui, c’est un tout, mais Jésus montre que la pratique de la loi et de la dîme sans amour, cela ne vaut rien à ses yeux !

Paul va donner un ordre. Lui aussi, en quelque sorte, légifère sur le sujet:

Galates 6:6 Que celui à qui l’on enseigne la parole fasse part de tous ses biens à celui qui l’enseigne..

Quelle est donc cette « part » ? Donne-t-il un nouveau pourcentage ? 1%, 3%, 30 %… ? Il n’a rien à inventer ! Cette part n’a pas bougé depuis des millénaires: 10 %: elle a été établie par Dieu à perpétuité.

Et Paul poursuit en montrant l’enjeu de cette obéissance:

« 6:7 Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. 6:8 Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption ; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle. 6:9 Ne nous lassons pas de faire le bien ; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. 6:10 Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi. »

Il montre donc que cette part, cette dîme mise à part pour ceux qui nous enseignent, on le sème pour L’Esprit !

OUI, DIEU NOUS DEMANDE DE LUI DONNER 10 % DE TOUT CE QU’IL NOUS DONNE, MAIS C’EST POUR NOUS LE RESTITUER AUSSITÔT SOUS FORME DE NOURRITURE SPIRITUELLE, VIA DES OUVRIERS QU’IL LÈVE LUI-MÊME !

Une nourriture qui donne la vie éternelle, alors que la nourriture physique n’a qu’une utilité physique et éphémère. C’est pourquoi il est écrit:

Matthieu 4:4 Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Oui, beaucoup aujourd’hui trouvent normal de profiter des ministères, de tirer des ministères le maximum pour eux-mêmes, sans jamais exprimer leur reconnaissance, d’abord À DIEU- Dieu nous fait exprimer notre reconnaissance par des actes concrets: et cela commence par la dîme ! -, ensuite aux hommes qui se donnent en entier pour les sauver pour l’éternité, pour les enseigner, pour prier pour leur guérison ou combattre pour leur délivrance.

Ne leur parlons même pas de porter des ministères pour que des âmes soient sauvées, ailleurs !

ILS SE METTENT, EUX-MÊMES, SOUS LA MALÉDICTION !

La première de ces malédictions, c’est de rendre infructueux tout enseignement biblique, et de fermer les Écritures à ceux qui s’obstinent à ne pas vouloir verser leur dîme, PUISQUE C’EST LA PART DE DIEU POUR NOUS ENSEIGNER !

Je crois que c’est la principale raison pour laquelle tant de chrétiens aujourd’hui débitent des versets bibliques à qui mieux mieux, MAIS N’ONT RIEN COMPRIS À L’ESPRIT DES TEXTES: ils n’ont que la lettre qui tue !

Mais il y a d’autres conséquences, puisque l’on vole Dieu Lui-même !

Déjà, dans l’Ancien Testament, Dieu avait lancé un avertissement

Jé 22:13 « Malheur à celui qui bâtit sa maison par l’injustice, Et ses chambres par l’iniquité ; Qui fait travailler son prochain sans le payer, Sans lui donner son salaire ; »

J’ai souvent constaté que les chrétiens, qui n’avaient plus à cœur de donner leur dîme dans leur église locale, s’y sentaient de plus en plus mal et généralement la quittaient rapidement.

Oui, Dieu parle ! Et c’est parfois Lui qui retient la main des chrétiens quand une église locale devient une synagogue de Satan ou de Mammon… ce qui est la même chose !

Mais ces chrétiens-là sont rapidement dirigés par le Seigneur pour verser leur dîme à des personnes ou des organisations qui œuvrent vraiment pour que l’évangile de Christ se répande ! Et parfois c’est Dieu qui les guide pour ouvrir leur propre maison ! Juste le temps d’avoir le cerveau lavé d’un système ecclésial qui n’a rien de biblique.

ET LES PREMIERS CHRÉTIENS, QUE FAISAIENT-ILS ?

– Premièrement, ils soutenaient les ministères: nous l’avons vu, Paul le rappelle en 1Co 9 et quand il parle en 2Co 9 d’assistance aux saints, bien sûr, il parle de soutenir les pauvres, mais aussi – c’est sous-entendu – les ministères, puisque Jésus l’avait instauré comme règle. Comment ? Pourquoi auraient-ils eu envie de changer la destination de la dîme ?

 

RÉSUMONS, on donne sa dîme pour les quatre raisons rappelées ci-dessous, et parce qu’on a CONFIANCE EN DIEU!

FOI, RECONNAISSANCE, OBÉISSANCE, AMOUR…

Et l’on pourrait y ajouter l’intelligence et l’expérience. Oui les paroles de Dieu dites en Malachie 3, chapitre charnière entre l’AT et le NT, sont et restent toujours valables:

Malachie 3:10

Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison ; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance.

Si nous sommes fidèles et si nous donnons, non pour recevoir, mais par foi, par obéissance, par reconnaissance et par amour… et avec joie et sans contrainte, car Dieu aime !, Il nous le rendra de multiples manières, « une bonne mesure serrée, secouée et qui déborde« , mais pas forcément sous forme d’argent « car il a le pouvoir de vous combler de toutes sortes de grâces…; »

DIEU A PARLÉ, et Il n’a qu’une parole …

Bien curieux ce qui se passe aujourd’hui dans l’Église: sous prétexte de grâce, on dénigre systématiquement tout ce qui vient de la loi mosaïque et même des dix commandements.

QUELLE FOLIE ! Autant dire que Jésus et les apôtres n’avaient rien compris à l’évangile qui, tout le monde le sait aujourd’hui, nous affranchissait définitivement de la loi ! Peu importe pour certains que Jésus ait rappelé en Matthieu 5 que pas un iota de la loi ne disparaîtrait. L’Église d’aujourd’hui, dans son apostasie généralisée, a rejeté la saine doctrine et l’a remplacé par un évangile soft, pas exigeant et qui permet à chacun de faire ce qui lui plait; FOLIE, car les adeptes de cet « autre évangile », qui s’appuient sur un « autre Jésus », et qui y ramassent un « autre esprit » (2Co 11:3), vont tous aller en enfer, en pensant être sauvés.

Je rappelle donc: toute loi qui n’a pas été clairement abrogée dans le NT (généralement remplacée par une loi plus exigeante moralement !) est supposée perpétuelle, et doit donc faire l’objet de notre obéissance… POUR NOTRE BIEN !

Oui, Paul fait DIRECTEMENT RÉFÉRENCE À LA LOI DE MOÏSE POUR DIRE QU’IL A LE DROIT D’AVOIR SON MINISTÈRE FINANCÉ. Financé par quoi ? Pourquoi changer la loi qui finançait les enseignants par des dîmes, justement par souci de JUSTICE au milieu du peuple de Dieu ? Paul dit lui-même que la loi était parfaite (ce sont les hommes qui ne sont pas parfaits!!!!).

Mais si nous retenons notre dîme, non seulement nous volons Dieu, mais, ô combien nous nous volons surtout nous-mêmes !